L'ACTU BELGE VUE PAR LA RTBF

Publifin: le contrôle des mandats connaissait les montants, mais ne pouvait investiguer

23-03-2017

La directrice du contrôle des mandats locaux Nicole Matagne était au courant des rémunérations des membres des comités de secteur de Publifin, mais elle ne pouvait que vérifier que l'ensemble des rémunérations que lui déclaraient les mandataires locaux ne dépassaient pas le plafond global (150% de l'indemnité parlementaire), a-t-elle indiqué jeudi en fin de journée, devant la commission d'enquête du parlement wallon. Aucun dépassement n'a été constaté, a-t-elle ajouté. Mais son organe de contrôle n'a pas de pouvoir d'investigation sur les mandats des comités de secteur, car ces derniers s'inscrivaient dans le régime dérogatoire, jusqu'au 1er juillet 2017, qui a prolongé de deux ans l'échappatoire de plusieurs intercommunales à la tutelle régionale. Nicole Matagne confirme ainsi l'interprétation de l'administration selon laquelle Publifin tombait sous le coup de cette échappatoire (octroyée pour donner un peu plus de temps à ces intercommunales de se conformer au Code de la démocratie locale), une interprétation que plusieurs députés contestent. Secret professionnel oblige Certains députés se sont aussi étonnés de rencontrer enfin une représentante de l'administration qui reconnaît être au courant de l'existence des rémunérations controversées, mais qui n'en a pas parlé - secret professionnel oblige -, alors que la directrice générale de la même administration des Pouvoirs locaux, entendue peu auparavant, venait de confirmer l'irrégularité de ces rémunérations, tout en assurant qu'elle en ignorait l'existence jusqu'à leur révélation dans la presse fin décembre. "Ces organes ne sont pas prévus dans le Code, ils répondent à un régime dérogatoire. La direction du contrôle n'a pas à investiguer davantage", a répété Nicole Matagne. L'intéressée a suggéré avoir, à l'instar de son administration et du ministre - "peut-être commis l'erreur" de mal interpréter le décret dérogatoire du 16 juillet 2015. Ses effets, pour le contrôle des mandats, ne concernaient toutefois que les six premiers mois de 2015. Elle estime que même en changeant d'interprétation, la possibilité d'un remboursement par la voie administrative est difficile à envisager. "Nous contrôlons les plafonds de rémunération et aucun plafond de rémunération n'est prévu dans le code pour ces organismes-là." Plusieurs députés ont par ailleurs relevé de potentielles omissions dans les déclarations de mandats de certains membres des comités de secteur, mais aussi d'un administrateur de Nethys. La commission est alors passée à huis clos pour poursuivre l'audition de Nicole Matagne. La commission reprendra ses travaux vendredi matin avec l'audition de l'ex-ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan et de son ex-chef de cabinet adjoint Claude Parmentier.

Véhicule fou à Anvers: le point sur une journée qui a ébranlé la ville de Bart De Wever

23-03-2017

C'est peu après midi, ce jeudi, que le chef de la police d?Anvers a déclaré qu?à 10H45 heures, un véhicule s?était introduit dans le centre ville, sur le Meir, le vaste piétonnier commercial de la métropole flamande, interdit à la circulation.  Alors qu'il roulait à grande vitesse, obligeant les promeneurs à s'écarter sur son passage, des militaires ont tenté de l?intercepter, mais la voiture immatriculée en France a brûlé un feu est s?est dirigée vers les quais. C'est à proximité du SintMichielskaai que le véhicule a été intercepté par la police prévenue par les militaires. Son conducteur a été privé de liberté. On n'a déploré aucun blessé. Plus tard dans la journée, on a appris que le suspect interpellé était sous l'influence de l'alcool et en possession de stupéfiants. Une conférence de presse en début d'après-midi Au terme de la conférence de presse, le bourgmestre d?Anvers Bart De Wever a précisé que des forces supplémentaires avaient été déployées par la police et par l'armée dans les zones sensibles. Au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s?est passé la veille à Londres, c'est le parquet fédéral qui a été chargé du dossier.

Publifin: rémunérer les comités de secteur était illégal, confirme l'administration

23-03-2017

Ce jeudi la commission d?enquête parlementaire sur Publifin a repris ses auditions. Après la séance marathon de Bénédicte Bayer, la semaine dernière, ce sont les représentants de l?administration qui sont entendus par les députés. Avant l'inspecteur général de l'administration wallonne des Pouvoirs locaux, Stéphane Marnette, sont entendues la directrice générale Françoise Lannoy (auditionnée ce matin), suivie par la directrice du contrôle des mandats locaux, Nicole Matagne. Ces trois personnes constituent le bras armé de la tutelle sur les intercommunales.  Comités de secteur et rémunérations... illégaux La directrice générale de l'administration wallonne des Pouvoirs locaux, Françoise Lannoy, a confirmé l'irrégularité des rémunérations pratiquées dans les comités de secteur controversés. Mais elle s'est aussi retranchée derrière le politique pour justifier l'absence d'un contrôle de tutelle proactif. La décision instaurant ces rémunérations, perçues par une vingtaine de mandataires locaux sans obligation de prester, relève d'une compétence exclusive de l'assemblée générale et ne pouvait donc être adoptée en conseil d'administration comme ce fut le cas en juin 2013. Elles sont d'autant plus irrégulières qu'elles s'attachent à des organes consultatifs, ce que le Code de la démocratie locale interdit, a relevé Françoise Lannoy. Elle a évoqué une piste de remboursement possible via les comptes 2015 de Publifin, qui n'ont pas encore été statués. Ce remboursement serait à charge des personnes qui ont pris la décision d'instituer les rémunérations - les regards se tournent vers le CA - mais cette piste reste encore "à creuser". Pour les comptes antérieurs déjà statués, l'administration ne peut revenir en arrière. La directrice a assuré que l'administration n'avait pas eu connaissance avant décembre 2016 de l'existence de ces comités de secteur, des rémunérations pratiquées et des dysfonctionnements. La Région avait perdu la tutelle sur Tecteo-Publifin entre 2011 et mi-2014, du fait que Tecteo avait intégré Fourons et Uccle pour devenir interrégionale. "Nous n'avons pas de droit d'initiative ou d'inspection" Au retour de la tutelle, mi-2014, l'administration ne s'est pas montrée particulièrement proactive pour vérifier ce qu'il s'était passé pendant cette période, apparaît-il. "Nous n'avons pas de droit d'initiative ou d'inspection", selon la directrice, qui rappelle que l'administration ne peut agir que sur base d'une plainte ou d'une instruction du ministre, et que rien de tout cela n'est arrivé. Dans l'opposition, le MR s'est étranglé en entendant que l'interlocuteur de l'administration au cabinet de l'ex-ministre wallon des Pouvoirs locaux Paul Furlan, dans ces matières, était bien le chef de cabinet adjoint Claude Parmentier, dont la révélation des mandats chez Publifin (public) et Nethys (privé) avait précipité la démission du ministre. Les deux hommes seront entendus vendredi. La prolongation de deux ans, décidée mi-2015, du cadre décrétal qui a permis à Publifin de prolonger ses comités de secteur, a une nouvelle fois suscité les interrogations. La directrice a défendu l'interprétation selon laquelle le décret permettant cette prolongation s'appliquait bien à Publifin en tant que GRD, alors que plusieurs députés le contestent puisque cette compétence de GRD avait entre-temps été transférée à la filiale RESA.

Belgique : les thèmes de recherche disponibles

Belgique

Ci-dessous, vous sont proposées les 254 thématiques francophones actuellement disponibles en Belgique, dans lesquelles sont classées les entreprises inscrites. 2 sites sont également disponibles dans les pages anglophones de l'annuaire.

Au total, c'est plus de 1195 thématiques qui vous attendent pour inscrire votre site internet. Choisissez simplement celle qui convient au contenu de votre site et rejoignez les 395 professionnels déjà présents dans nos pages.

Voir les 31 sous-thèmes de la thématique Arts en Belgique

Voir les 22 sous-thèmes de la thématique Boutique en ligne en Belgique

Voir les 92 sous-thèmes de la thématique Commerce en Belgique

Voir les 16 sous-thèmes de la thématique Informatique en Belgique

Voir les 16 sous-thèmes de la thématique Loisirs en Belgique

Voir les 13 sous-thèmes de la thématique Maison en Belgique

Voir les 19 sous-thèmes de la thématique Santé en Belgique

Belgique

L'annuaire de Belgique

Vous consultez actuellement la page d'accueil dédiée à la Belgique, sur laquelle vous trouverez la liste des thématiques réservées à ce pays. En parcourant ces thématiques, vous y trouverez des sites web professionnels inscrits dans chacune d'elles.

Classement dans l'annuaire

L'annuaire de Belgique occupe la 3ème place des pays les plus représentés dans cet annuaire international. Seuls la France et le Canada précèdent la Belgique au rang des sites internet les plus nombreux.

De nombreux sites belges ont été inscrits depuis la création de l'annuaire. Leurs sujets sont très variés comme le montre les thématiques actuellement disponibles.

Des professionnels de toutes les provinces

Toutes les provinces belges sont représentées flamandes et wallonnes, accueillant les sites internet de tous les professionnels. De Bruxelles à Liège, de Namur à Anvers, la Belgique s'expose dans nos pages. En cliquant sur les thématiques à gauche, vous accéderez aux sites web qui s'y rapportent, vous permettant de trouver facilement une agence immobilière, un restaurant, un hôtel, un artisan en Belgique...

Inscrire un site web

Les webmasters belges, francophones ou non, et tous les professionnels peuvent proposer leurs sites web, pour apparaitre dans les pages de l'annuaire de Belgique. Pour cela, cliquez simplement sur le lien situé en haut de la page. Au choix, l'inscription est gratuite ou payante (prioritaire).

Outil de recherche : trouvez un site internet, un artisan, un commerce